Signature des deux conventions encadrant la protection face à l'Amiante

Dans les Hauts-de-France, 75 % des 563 000 logements sociaux sont susceptibles de contenir de l’amiante compte tenu de leur année de construction.

L’utilisation de ces logements ne présente aucun danger lors de l’occupation, néanmoins des précautions sont à prendre en cas de travaux.
En 2017, au sein de l’URH (Union Régionale pour l’Habitat) des Hauts-de-France, La Maison du CIL, filiale du groupe Action Logement a été désignée pour animer et piloter le groupe de travail interbailleurs Amiante afin d’aider les entreprises intervenant dans les logements à utiliser des dispositifs adaptés à la réglementation relative à l’émission de fibres d’amiantes pendant les travaux.

La Maison du CIL a, ainsi, proposé aux organismes HLM des Hauts-de-France de mutualiser leurs moyens.

Le 15 Mars 2018, 16 organismes (dont Logivam et Picardie Habitat du groupe Action Logement) ont répondu favorablement afin de réaliser 60 chantiers « test » dans des logements non encore reloués de leur patrimoine.

Un projet novateur et indispensable

À ce jour, il n’existe aucune base de données associant le niveau d’empoussièrement à un processus de travaux défini.
Ce projet interbailleurs a, donc, pour objectif de quantifier le niveau d’empoussièrement grâce à la réalisation de chantiers de mesurage, mais aussi de déterminer les solutions techniques et les protections individuelles et collectives adaptées à l’intervention en vue d’une homologation au niveau national.

Ces chantiers vont permettre de :

  • Mesurer les empoussièrements en situation réelle de travaux
  • Répéter plus de 10 fois les mesures sur chaque processus afin d’obtenir une représentativité statistique suffisante et disposer de données non contestables

Le coût

La Maison du CIL porte financièrement ce projet. Le coût total est évalué à 240K €. Une subvention de 50 % (à hauteur de 120K €) a été octroyée par le Fonds de Soutien pour l’Innovation.

Pour Plus d'informations